Blog

L'équipe Stoked fait de l'hélico

Heure de largage de l'hélicoptère.

Lorsque notre frère saisonier Dimi San nous a dit en décembre qu'il y avait quelques places exclusives disponibles dans un hélicoptère pour une aventure freeride dans Les3Vallées à la fin du mois de janvier, nous avons fait ce que tout surfeur normal doté de bon sens aurait fait : ne pas hésiter et s'engager. Le siège avant de la camionnette n'était pas difficile à remplir : Nils, David et Kjeld devaient former le triumvirat moralisateur.

La zone d'action se situe entre 2800 et 1400m d'altitude, de la Pointe de la Masse en direction de l'Auberge du Randonneur. La loi française interdisant le largage par hélicoptère au-delà d'une certaine altitude, le rôle traditionnel de l'hélicoptère dans les histoires de freeride était ici inversé : nous randonnions par nous-mêmes pour être récupérés par un hélicoptère à la fin de la descente.

Lors de la rencontre du matin, le planning et l'état du manteau neigeux ont été expliqués. Pas d'énormes quantités de neige en dessous de 2300m et une possibilité de plaques d'évent au-dessus, et généralement une couche inférieure très mince à absente, un cisaillement spontané sur les flancs exposés au sud-est et des dépressions cachées étaient les facteurs de risque. Le risque d'avalanche était de 3/5 au-dessus et 2/5 au-dessous de 2300m. Mais nous nous souvenons surtout que le ciel était bleu et sans vent. Dans le sac à dos, nous avons mis les ingrédients normaux d'une randonnée freeride réussie : un détecteur de victimes d'avalanche, une sonde et une pelle, ainsi qu'un peu de nourriture et d'eau. Après un contrôle des bippers et quelques descentes de freeride sur le chemin de la randonnée, la motivation était là - il y avait la crête que nous allions escalader avec des champs de poudreuse vierge de l'autre côté et aucun moyen de revenir par hélicoptère.


La randonnée était assez difficile : le (seul ?) avantage d'être un skieur est vite apparu car les planchistes s'enfonçaient à genoux à presque chaque pas, alors qu'ils pouvaient continuer avec leurs planches et leurs bâtons. Pendant l'ascension, David a également aidé Kjeld à sortir d'un trou caché dans la neige, ou peut-être était-il encore dedans. Pendant ce temps, nous pouvions voir les premiers aperçus du flanc où nous allions descendre. Le feu était maintenant inarrêtable et une fois les planches attachées, le jeu pouvait commencer.

Voir ses copains sauter un par un et trouver soi-même les lignes les plus originales, en tenant compte des indications des guides. Tous ceux qui connaissent ce cadre sauront ce que nous voulons dire lorsque nous écrivons que tout cela était en fait indescriptible. L'absence totale de photos d'action en dit long : pas de temps pour cela. Mais il y avait beaucoup d'images d'esprit, tous les sens en éveil. Mais la séance photo a suivi lorsque l'hélicoptère est venu nous chercher à l'Auberge du Randoneur après un repas typiquement savoyard et satisfaisant (charcuterie, croziflette, fromage et tarte aux pommes accompagnés d'une bière régionale, de vin et de génépi). Avec une balise allumée sur l'hélicoptère noir brillant qui avait décollé seulement 50 minutes plus tôt à Nice, nous avons survolé le flanc nouvellement descendu et vu nos traces - notre victoire - notre créativité - notre liberté.

En guise de conclusion ultime, nous avons descendu à pic la dernière crête avec, devant nous, la plus puissante des Alpes : le Mont Blanc, sous un angle différent pour une fois. Les meilleures choses de la vie sont gratuites, mais un hélico, ça se dépense aussi. Dimi, les Alpes, les dieux de la neige, la nature : merci d'avoir rendu cette expérience possible et d'avoir une fois de plus laissé l'empreinte STOKED toucher nos âmes. En route pour la prochaine aventure !

Article et photos : Kjeld Vandeputte

Pieter-Willem Ots
Pieter-Willem Ots

Founder Stoked Boardshop • Loves Snowboarding, Skateboarding and always happy to help.

Dernière mise à jour